Une mère égoïste

Oui. Je l’avoue. Je suis une « mère égoïste ».

On m’a souvent demandé ce que ça voulait bien dire, tellement c’est hyper mal connoté que de le dire tout simplement car ces deux mots ne devraient pas être collés, assimilés.

Pourtant si, dans mon cas, et je n’y vois aucun mal.
Je suis une mère, une maman, certes.
Mais avant tout cela j’étais une fille, une jeune femme puis une femme.

Il m’a fallu attendre 31 ans pour serrer dans mes bras mon premier bébé et la vie sait combien je l’ai attendu, désiré, et quel en a été le prix.

Lorsque j’ai eu Yann, trois ans et demi aujourd’hui, cela faisait 12 ans que je travaillais, m’assumais et étais libre, seule dans ma propre responsabilité.
Et on ne tire pas un trait sur 12 ans de sa vie comme ça, en un cri de bébé.
Oui j’ai eu comme les autres, et même d’ailleurs un peu plus, 9 mois pour me faire à l’idée que je ne serai plus jamais seule, qu’il faudrait éduquer, assumer, aimer ce bébé, mais si vous êtes maman vous savez probablement que parfois « falloir » est un grand mot, et que dans le cas d’une naissance et donc de l’arrivée d’un premier bébé dans un couple, cela reste quand même du domaine de l’imagination, de la fiction dirais-je même !

Pendant ces 12 ans, ces même 31 ans, je n’ai eu à me soucier (enfin en théorie bien entendu) que de moi. On était bien moi et moi, en duo, à nous lever à l’heure que l’on voulait, à faire les magasins avec nos copines, aller au resto sans môme, sans horaire, sans aucune contrainte… On était si bien…
Enfin sauf qu’il manquait cruellement ce bébé à ma vie moi à l’époque, d’autant que depuis 2006, et jusqu’en avril 2015, la vie m’avait déjà retiré 4 bébés du ventre… Il m’était complètement inconcevable d’imaginer ma vie sans enfant, de mon ventre ou de celui d’une autre bien évidemment.

Et puis on accouche. Et voilà, on ne peut plus faire machine arrière et pendant quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, on se demande si l’on a vraiment voulu tout ça, si c’était le bon choix.
Moi en tous cas, je me suis demandé ça. Ce n’était pas possible. Nulle comme j’étais il fallait vraiment vraiment que je fasse vivre ce petit garçon avec nous ? Cela m’a réellement paru insurmontable plus d’une fois.

Où étais-je passée ? Dans quelle sphère étais-je ?
Zut alors, Marion ? Où étais-tu ?

En réalisant que cette nouvelle arrivée dans ma vie me dépassait j’ai cogité, forcément, et j’en suis venue à la conclusion qu’il fallait que les deux ou trois ou plus encore Marion qui vivaient en moi restent avec moi malgré tout, que sans elles je n’étais plus moi et que j’avais trop besoin d’elles pour les laisser tomber au profit d’un enfant.

Ah oui oui, c’est égoïste vous vous dites.
C’est exactement où je voulais en venir.

Certaines parviennent à muer, se transformer, devenir une maman plus qu’une épouse ou une femme, pour devenir la maman parfaite qu’elle envisageaient d’être.
D’autres non. C’est de cette seconde catégorie que je fais partie. Et sans fierté, sans honte, c’est un constat.
J’ai échoué dans le rôle de la maman idéale, pour porter une nouvelle, ou garder des casquettes importantes de ma vie de 9 mois encore auparavant : celles de femme, épouse, fan de shopping et de maquillage, et celle de maman qui est venue se greffer aux précédentes.

Et pour se faire, en toute connaissance de cause, j’ai décidé qu’il y aurait un temps pour tout, un temps pour moi, un temps pour mon bébé et un temps pour ma famille.

Dans le temps pour moi il y a évidemment le maquillage, la beauté en général, le fait de prendre soin de moi, et par la même de mon couple, parce que pour mon mari il était primordial que je reste la femme désirable et désirée qu’il avait eue jusqu’ici (pourquoi aurait-elle changé en trois poussées ?).

Dans le temps pour mon bébé il y a évidemment tous ces biberons donnés avec amour, j’avais choisi de ne pas allaiter OUI par égoïsme, parce que je ne voulais appartenir qu’à moi même physiquement (on ne juge pas, je parle avec la plus grande honnêteté), ces couches changées dans les rires, jamais sans guili guili et caresses bienveillantes, ces balades tous les deux pour se sortir et/ou se calmer, ce fameux reflux qui fut si difficile pour nous… Et ces moments câlins parce que je l’aime tellement…

Et dans le temps pour ma famille il y a l’épanouissement tiré de ces deux premiers temps combinés.
Parce que je ne suis heureuse et épanouie que si Marion et Mamo (comme dit mon premier bébé Yann) peuvent cohabiter dans le respect et la bienveillance. Il le faut.

Alors oui, je dis souvent à Yann et Émilie que maman a besoin de temps, de calme, d’écouter sa musique, de regarder autre chose parfois que des dessins animés, qu’elle ne peut pas forcément aller dans leur chambre avec eux pour les regarder jouer, ou qu’elle ne veut/peut pas les porter sans arrêt parce qu’elle a besoin de ses bras pour elle également…
Ils comprennent j’en suis sûre. Ils préfèrent forcément une maman (plus ou moins) zen et peut être moins disponible plutôt qu’une maman sur les nerfs qui s’occupe d’eux à contre cœur à des moments.

Attention, je ne parle que de moi, les autres je ne les connais pas.

Je suis égoïste, je m’aime autant que j’aime mes enfants et je me le prouve autant qu’à eux, mais je l’assume et cette position fait mon bonheur et mon épanouissement personnel si important.
Je ne suis pas qu’une maman, et viendra un jour où la vie me l’enverra en pleine face quand j’aurai l’impression que mes enfants m’appartiennent trop, et je veux avoir un backup ce jour là, pour ne pas finir comme certaines femmes que j’ai connues, complètement désemparées, comme si leur vie ne se résumait qu’aux prénoms de leurs enfants, tant elles ont fini par oublier le leur.

Je suis une mère égoïste, et je le vis bien.

Bien à vous, Pinky*

4 commentaires sur “Une mère égoïste

Ajouter un commentaire

  1. Très beau texte. Je m’y retrouve également dans ce que tu dis.. ce bébé tant désiré et puis soudain il est là, plus le choix de faire avec, qu’on est envie ou pas. C’est un bonheur au quotidien mais tant d’énergie dépensée qu’à des moments bien sur que du temps rien que pour soi, pour se maquiller tranquillement sans être embêter, se lever à pas d’heure, ne pas regarder l’heure pour le repas … alors au quotidien oui puisque nous sommes maman et ça nous rend heureuse mais quelque fois… qu’est ce que ça fait du bien d’avoir du temps rien que pour soi.
    Bisous 😘

    J'aime

  2. Je suis tellement d’accord avec toi … Cet article est le reflet de ma pensée ! Je ne suis pas encore maman mais si un jour je le deviens, je pense être une maman égoïste par choix tout comme toi 🙂 Je ne pense pas que faire une croix sur toute sa vie est une bonne chose lorsque l’on devient mère … Il ne faut pas oublier que l’on a eu une vie avant eux et certainement après eux lorsqu’ils partiront pour fonder leur propre famille … Nous sommes des femmes et on ne naît pas mère … Être mère est une des nombreuses « fonctions » que peut exercer la femme dans sa vie sans pour autant y être obligée et passer pour monstre si elle ne voit pas le même intérêt que d’autres à exercer cette « fonction » … Les enfants aimeront leur maman quoi qu’il arrive et ils l’a remercieront d’autant plus si elle sait être là quand il le faut et non à tout bout de champ derrière eux en les empêchant de vivre par eux même … Au même titre qu’une maman soutiendra ses enfants dans leurs passions, Maman aussi doit garder les siennes et être soutenue !
    Très bel article encore une fois !
    Gros bisous à toi 😘

    J'aime

  3. Super texte Marion !
    Je suis également une maman « égoïste ». Différemment de toi, mais je le suis quand même. Je ne veux pas être qu’une maman. Je veux continuer d’être moi simplement moi ❤

    Je t’embrasse fort 😘😘

    J'aime

  4. Magnifique ! Je le suis aussi et j’assume…je suis en vacances en Thaïlande avec mes copines sans mes enfants..sachant qu’en août ben on a eu nos vacances tous les trois au soleil.les enfants sont très intelligent et tant qu’ils ressentent et savent tout notre amour il s’épanouissent harmonieusement …love et paix pour toi et ta famille

    J'aime

Répondre à Eugénie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :